Bien être des volailles

Enfin, outre la gestion du logement (bio-climatisation naturelle), de l’alimentation et de l’eau, l’éleveur, par une observation attentive de ses animaux et des aménagements sur les parcours, peut adapter en temps réel sa conduite et ainsi favoriser le bien être et la santé de ses volailles. La répartition homogène des poussins au repos indique une bonne température ambiante. Ils s’agrègent en cas de frilosité. Des plumes sales ou collées témoignent d’une mauvaise circulation de l’air, d’une litière de mauvaise qualité ou d’autres sources de stress. Le bon état des aménagements extérieurs et le respect des indications minimales proposées dans le cahier des charges de l’agriculture biologique participent à la prévention des risques pathogènes. Le drainage des parcelles et l’évacuation des eaux pluviales auront également un effet positif sur l’équilibre sanitaire de l’élevage.

 

La germination des graines permet d’activer des enzymes et d’en synthétiser de nouvelles (les enzymes glucidiques comme l’amylase, la cellulase; les protéolytiques comme les protéases et les lipidiques comme les lipases...). Cette réaction biologique découpe les chaînes d’atomes, permet d’obtenir des molécules plus petites et plus facilement assimilables d'autant plus avec l'équilibre harmonieux des vitamines associées aux bon minéraux. L’amidon et la cellulose se transforment en sucres simples, les protéines en acides aminés et les lipides en sucres. La germination semble aussi réduire la concentration de la graine en facteurs anti-trypsiques (potentiellement intéressant pour la valorisation de soja grain), ce qui est vrai aussi pour l’acide phytique par le biais d’une augmentation de la concentration en phytases. Avec une meilleure assimilation des minéraux et une meilleure appétence, les animaux laissent moins de refus, car les téguments se ramollissent.

  1. L'amidon de réserve est transformé en sucres simples, assimilables plus facilement, (surtout pour les céréales).

  2. Les protéines sont décomposées en acides aminés, eux aussi assimilables sans effort de digestion (important pour les légumineuses).

  3. Les lipides sont fragmentés en acides gras directement assimilables au niveau de l'intestin grêle (particulièrement intéressant pour les oléagineux et mucilagineux).

  4. Les minéraux contenus dans toutes les graines germées sont en plus forte concentration dans une structure chélatée (activée) qui facilite leur bio-disponibilité.

Avec la germination, les graines multiplient leur volume, mieux assimilées et tout cela sans un broyeur ou aplatisseur.

Je l'associe à 2 types d'aliments très économiques et faciles à produire: les fourrages verts frais (complété d’ensilage à la morte saison) avec un complément de vers rouges (un parfait transformateur de déchets en protéines animales vivantes). Donc, parfaitement assimilables à tous les stades de la croissance.

 

Troubles respiratoires

 

Les troubles respiratoires ont généralement 4 causes principales et des solutions:

une carence en vitamine A (les muqueuses sèchent et deviennent perméables aux pathogènes).

Une alimentation vivante bien adaptée (à l'age, la nature des volailles et la saison) à base de graines germées, fourrages frais et vers rouges.

- une teneur de l’air en ammoniac trop élevée (mauvaise ventilation, surpopulation). Les oiseaux pleurent, ont les yeux irrités et fermés On observe alors un retard de croissance ou une chute de ponte. L’odorat de l’éleveur suffit à détecter le problème. Ventilation performante associée à une bio-climatisation naturelle automatisée et un habitat bio et surtout très facilement nettoyable (important afin éviter de le faire pour des raisons de manque de temps ou de fatigue).

- stress météorologique: changement brutal de température et d’humidité.

Une serre avec une ouverture automatique, une isolation très performante et une bio-climatisation naturelle.

Une alimentation toujours fraîche et une disposition parfaitement agencée des mangeoires, pondoirs, couloirs, abreuvoirs et perchoirs facilitant grandement leur entretient quotidien.

- poussière dans les aliments et la litière. Cependant, ils peuvent également être causés par des maladies:

 

Baisse de l’immunité (maladie de Gumboro)

D’origine virale et contagieuse, cette maladie peut rendre malade jusqu’à 80% des poussins et en tuer 10%. Elle

provoque des lésions de la bourse de Fabricius (glande du cloaque qui joue un rôle crucial dans le système immunitaire de la volaille, comme la moelle chez l’homme) et des hémorragies intramusculaires. On observe chez les poussins de 3 à 6 semaines des picages de l’anus, une prostration et des fientes aqueuses.

 

 

Traitement: et prévention :

Il convient d’utiliser l’Echinacée pourpre en aérosol pour stimuler les défenses immunitaires (20 gouttes pour 200 ml). Il existe un vaccin utilisé dans les couvoirs, non obligatoire.

Je préfère le chlorure de magnésium:

Conditions d'utilisation du chlorure de magnésium en élevage avicole

d'après le Docteur A. Neveu "Le chlorure de mag. dans l'élevage"

Solution de chlorure de mag. : si déshydraté 20g / litre d'eau si cristallisé 30g / litre d'eau.

 

Maladies

Modalités d’utilisation

DIPHTERIE CHOLERA

TYPHOSE PESTE AVIAIRE

Faire prendre 2 cuillerées à café de la solution toutes les 3 h. dans la journée jusqu'à total guérison, ou remplacer l'eau de boisson par la solution de chlorure de mag. (résultats plus aléatoire).

Pneumonie contagieuse des poulets

Faire prendre 1 cuillerée à café de la solution toutes les 2 h. dans la journée jusqu'à total guérison.

Pullorose (diarrhée blanche)

Remplacer l'eau de boisson par la solution de chlorure de mag.

 

Bronchite infectieuse (coronavirose). Cette maladie non mortelle, qui tue un animal sur 3, provoque des toux, râles et éternuements, et altère la qualité des œufs.

Traitement: Pulvériser un mélange d’huiles essentielles : girofle, eucalyptus radiata, niaouli, le soir sur les oiseaux. On peut également leur donner du chlorure de magnésium, une tisane de thym et rechercher un remède homéopathique.

La maladie de Newcastle (aussi appelée « peste aviaire »)

C’est une affection foudroyante et très contagieuse. Rares sont les survivantes et si une poule survie à la maladie, elle présentera souvent des séquelles. La maladie se manifeste par une septicémie brutale: forte fièvre, perte d’appétit, forte soif, plumes hérissées, dos rond, troubles respiratoires et nerveux.

Newcastle L’influenza Mycoplasmose Photographie : ENVT

 

Il existe plusieurs types de virus de grippe, néanmoins, un seul virus est hautement pathogène et contagieux. Le virus aime l’eau et se transmet par les fientes. Le rôle de l’homme dans sa propagation est central (transport d’oiseaux, pas de pédiluves destinés à laver les pieds, dans les aéroports et les gares).

Traitement:

Le vaccin existant, cache les symptômes mais n’empêche pas l’excrétion du virus dans le milieu extérieur. Je choisie le chlorure de magnésium (voir le tableau).

 

Colibacillose

La colibacillose est due à un colibacille pathogène, se développant dans de mauvaises conditions d’hygiène: abreuvoirs, litière ou suite à un parasitisme important. Les symptômes sont variables, suivant la localisation de l’infection: infection respiratoire, génitale... Elle provoque un gonflement de la tête, une infection des voies respiratoires, des diarrhées, des crises cardiaques même chez les jeunes et bien sur une chute de ponte.

Traitement:

Il faut alors nettoyer et désinfecter le circuit d’approvisionnement en eau, bien ventiler le bâtiment pour réduire la teneur de l’air en ammoniac, réduire le stress des animaux et traiter leur parasitisme.

Efficace contre les pathologies respiratoires en général:

Solution aqueuse avec huiles essentielles: - Girofle 1ml/l - Eucalyptus radié 1 ml/l - Niaouli 1 ml/l En nébulisation le soir pendant 3 à 5 jours. Et le chlorure de magnésium (voir le tableau).

 

Mycoplasmose

Germe de surinfection, cette maladie bactérienne chronique et fréquente existe sous différentes formes (3 souches), elle provoque en particulier des sinusites sous l’œil de façon caractéristique, et une chute de ponte. Elle apparaît lors de problèmes de logement, de carences alimentaires, et suite à une infection virale.

Traitement:

Comme pour la bronchite infectieuse, pulvériser des huiles essentielles: girofle, eucalyptus, niaouli, le soir sur les oiseaux, avec une tisane de thym, et rechercher un remède homéopathique. Donner du thym et du fenouil (plante) comme fortifiant et le chlorure de magnésium (voir le tableau). Améliorer la résistance au froid et à l'humidité avec l'avoine germé.

Pasteurellose (ou cholera aviaire)

Maladie bactérienne très souvent présente, l'apparition des symptômes dépend étroitement des conditions du milieu. Elle est le plus souvent sporadique (un oiseau retrouvé mort brutalement sans que d'autres animaux soient touchés) et provoque des infections respiratoires, voire une septicémie rapidement fatale.

Traitement:

Pulvériser des huiles essentielles: girofle, eucalyptus, niaouli, le soir sur les oiseaux, distribuer une tisane de thym, du Sulfure 4 CH pendant 10 jours avec une recherche de remède ciblé également le chlorure de magnésium (voir le tableau).

 

La maladie de Marek

Elle est également très redoutable. On en parle peu, mais elle est très présente dans nos petits élevages. La maladie de Marek peut se présenter sous trois formes: - la forme nerveuse ou paralysante qui affecte surtout les jeunes. La poule se paralyse d’une patte, d’une aile, parfois des deux -  la forme digestive avec des tumeurs qui peuvent apparaitre  sur divers organes internes - la forme oculaire qui provoque une déformation de la pupille, une décoloration de l’œil, puis la cécité. Cette maladie d’origine virale et contagieuse, provoque des tumeurs sur les trajets nerveux. En conséquence on peut observer une paralysie progressive des pattes, des ailes du cou et puis mort de l’animal. Le taux de mortalité est de 10% maximum. Les vaccins existant protègent de l’apparition de tumeurs mais pas contre l’excrétion du virus. Les graine germées sont aussi d'une bonne prévention.

Influenza aviaire (ou grippe aviaire)

L’influenza cause une mortalité importante, des signes sérieux d’infection respiratoire, d’attaques du système nerveux, avec une baisse de la consommation alimentaire et de la ponte. En cas de suspicion un vétérinaire doit pratiquer une autopsie et ce dernier informe la DDCSPP (ex DSV).

Pour s’en protéger, l’eau et la nourriture doivent être situés à l’intérieur des bâtiments, et éliminer toute eau stagnante (éviter les transport d’oiseaux, installer un pédiluves destinés à laver les pieds,…).

 

Traitement:

Le vaccin existant cache les symptômes mais n’empêche pas l’excrétion du virus dans le milieu extérieur. Cette maladie d’origine virale et contagieuse, provoque des tumeurs sur les trajets nerveux. En conséquence on peut observer une paralysie progressive des pattes, des ailes du cou et puis mort de l’animal. Le taux de mortalité est de 10% maximum. Les vaccins existant protègent de l’apparition de tumeurs mais pas contre l’excrétion du virus.

 

Colibacillose

La colibacillose est due à un colibacille pathogène, se développant dans de mauvaises conditions d’hygiène:

abreuvoirs, litière ou suite à un parasitisme important. Les symptômes sont variables, suivant la localisation de l’infection: infection respiratoire, génitale... Elle provoque un gonflement de la tête, une infection des voies respiratoires, des diarrhées, des crises cardiaques même chez les jeunes et bien sur une chute de ponte.

 

Traitement:

Il faut alors nettoyer et désinfecter le circuit d’approvisionnement en eau, bien ventiler le bâtiment pour réduire la teneur de l’air en ammoniac, réduire le stress des animaux et traiter leur parasitisme.

Efficace contre les pathologies respiratoires en général:

Solution aqueuse avec huiles essentielles:

- Girofle 1ml/l - Eucalyptus radié 1 ml/l - Niaouli 1 ml/l En nébulisation le soir pendant 3 à 5 jours.

Également le chlorure de magnésium (voir le tableau).

 

 

Les virus

 

Le buis est un grand ennemi des virus, mais ne présente aucune nocivité pour l'utilisateur.

Après ébullition prolongée ( dix à quinze minutes) de 40g de feuilles. Cela se boit en l'espace d'une heure à une heure et demie, et, avec le concours de couvertures, bouillottes, etc... la transpiration ne tarde pas à survenir. En cas de grippe, refroidissement, infection quelconque, un résultat favorable est le plus souvent assuré.

Parfois, il suffit de prendre ce litre de décoction dans le courant de la journée, et de répéter cela une fois ou deux par semaine, tant que dure une infection interne ( urinaire, génitale, intestinale, par exemple). C'est également un actif antiparasitaire.

 

Aucun remède de synthèse ne peut lui être comparé pour son activité absente de toute nocivité. Dans la plupart des affections virales, à commencer par la grippe, il y a intérêt à faire intervenir le buis intensivement ( un litre par jour, et même plus, si possible) (3 grosses cuillères / poule). On l'utilise aussi bien pour l'extérieur qu'en usage interne. ainsi, en cas de maladie virale éruptive ( zona, herpès, mycose diverses etc..), il faut à la fois, boire de la décoction de buis et l'utiliser aussi en lotions, bains ou compresses.

En usage externe, il a été très souvent remarqué combien l'effet est plus spectaculaire encore. Cette même décoction pouvant servir au pansement d'ulcère et toutes plaies infectées, le résultat apparaît très vite. On est généralement stupéfait, en retirant la compresse, de constater qu'il n'y a plus aucune trace de pus, que les tissus sont propres et nets, et que la cicatrisation apparaît d'autant plus rapidement que l'on fait souvent alterner ces compresses avec des cataplasmes d'argile.

AFFECTION VIRALE

Également le chlorure de magnésium (voir le tableau).

- Thym : le plus efficace et rapide = en huile essentielle (voir dans le message suivant) : HE Thym à linalol ou Thym à Thujanol (et pas Thym à Thymol !)

Oignon = antiviral (évite la contagion) : couper un oignon en deux et placer dans la cabane des poulettes

INFECTIONS BACTERIENNES

 

- Ail - Argile - 4 c. à soupe dans 1 litre d'eau de boisson, attention pas de contact avec le métal - Mélisse - Thym

 

INFECTIONS INTERNES

 

- Ortie (plutôt préventif que curatif), donner graines ou feuilles, fraîches ou séchées

 

La maladie d’Aujeszky

Cette maladie à une évolution rapide et la mortalité est très élevée. Elle se présente par des tremblements, de la perte d’appétit, de la somnolence, la crête et les barbillons bleuâtres, de la toux et des difficultés respiratoires.

Il est vivement recommandé de tuer  les poules infectées et de faire vacciner les poussins. Les préventions pour les défenses immunitaires sont donc importantes !

La coccidiose

C’est une maladie parasitaire qui se manifeste par une anémie chronique et des diarrhées qui peuvent être parfois sanguinolente. Elle atteint souvent les poussins qui sont à l’étroit dans un abri peu aéré et sale. Elle peut parfois être due au changement de nourriture. Cette maladie est moins mortelle chez les poules adultes mais peut entraîner un amaigrissement et une baisse de la ponte. Premier fléau mondial de l’aviculture, les coccidies se développent dans un milieu humide entre 20 et 25 °C. Il en existe plusieurs types selon leur localisation dans le système digestif. Attaquant la muqueuse intestinale, elles sont à l’origine de diarrhées sanglantes, de malabsorption, d’une perte d’efficacité alimentaire, d’une chute de ponte et de défauts de qualité de la viande et des oeufs. Elle peut également provoquer la mort des volailles. Ici le rôle de l’immunité est primordial puisque les coccidioses sont naturellement présentes. Une infection peut être la conséquence d’un mauvais équilibre avec le milieu ou d’un stress.

Traitement: pour aider les volailles à vivre avec les coccidioses

  • - Curcuma / Origan  

  • - l'absorption d'Aïl, de Thym et Romarin crée un contexte gênant l'implantation des coccidies

  • Vinaigre de cidre - crée dans l'intestin et l'estomac un milieu acide non apprécié des coccidies - verser 1c. à soupe dans 2.5 litres environ d'eau de boisson une fois par mois, et un peu plus (toutes les 3 semaines environ) lors des périodes chaudes et humides.1 L de cidre par m3

  • extrait de pépins de pamplemousse à hauteur d’1 ml pour 5 litres d’eau de boisson en curatif,


 

Prévention: Vaccin Paracox pour les poussins de 5 à 7 jours (il s’agit de souches non virulentes, qui permettent d’occuper la place et de maintenir un bon niveau d’immunité).

Nettoyage et désinfection des bâtiments à l’eau chaude sous pression.


 

Infections bactériennes ou autres pathologies digestives

Maladie de Derzy

Cette maladie touche les palmipèdes et est souvent déclenchée par le stress. Le parovirus de Derzy se manifeste sous 2 formes différentes: la forme aiguë: fonte musculaire, diarrhée aqueuse blanchâtre, les oisons répugnent à se déplacer, ne boivent plus et meurent. la forme subaiguë: cachexie (perte de poids, atrophie musculaire, etc.), liquide dans l’abdomen (ascite).

 

Traitement: Miel , Fleur de Bach, charbon végétale, l'homéopathie et découvrir l'origine du stress.

 

Botulisme

Causé par l’ingestion d’une neurotoxine produite par Clostridium botulinum, se multipliant dans les charognes ou les végétaux pourrissant. Elle provoque des atteintes nerveuses (paralysie flasque des muscles, touchant d’abord les pattes puis les muscles respiratoires).

 

Traitement:

Enlever systématiquement et rapidement les cadavres si il y en a. Donner du charbon végétale suivit des pro biotiques type «Bactivor®» ou kambotcha


 

Salmonelles

La salmonellose (rare en France) des oiseaux, anciennement nommée paratyphose. Elle induit diarrhées, abattement, cyanoses (bleuissement), la soif et des râles. Aujourd’hui en France, la plupart des salmonelles sont souvent non pathogènes pour les poules, mais rendent malades les hommes et surtout sont antibiorésistantes. Transmission à l’homme: Attention elle se transmet à l’homme qui peut développer une gastro-entérite aiguë. La salmonelle est naturellement présente sur la coquille mais ne pénètre dans l’œuf que dans certaines conditions: stockage à une température élevée, cuticule protectrice de l’oeuf défaillante (condensation sur l’œuf, œuf stocké longtemps, gratté ou lavé pour enlever des saletés,).

 

Diagnostic: Contrôle avec un sopalin les fientes à l’arrivée des poulettes puis donné par la DDCSPP (ex DSV), sauf pour les élevages de moins de 250 poules et si les œufs sont vendus en direct. Pour les volailles de chair, le contrôle doit avoir lieu au maximum 3 semaines avant l’abattage ou régulièrement si l’abattage est étalé.

Prévention: Une flore digestive équilibrée est un rempart efficace contre les salmonelles. En revanche, les antibiotiques n’ont aucun effet. Donner du charbon végétale suivit des pro biotiques et graines germées.

 

La typhose (pour la poule) ou la pullorose (pour le poussin)

C’est une maladie qui le plus souvent atteint les grands élevages. Chez le poussin, elle se manifeste par une diarrhée blanche et provoque une mortalité élevée. Chez la poule, elle se décèle par une diarrhée verte, une soif excessive et une baisse de la ponte. Pour l’arrêter, vous devez mélanger à la boisson du permanganate de potassium puis donner du charbon végétale suivit des pro biotiques et gaines germées.

Le coryza

Pour soigner les poules, il faut utiliser des antibiotiques. La vaccination de la poule permet d’éviter cette infection.

La guérison de certains sujets est parfois surprenante et intervient en 48 heures, mais d’autres sujets peuvent être affectés par ce coryza pendant bien plus longtemps.

 ANTIBIOTIQUES NATURELS

Antibiotiques généraux : l'ail

Antibiotique des voies respiratoires: Eucalyptus , pour lutter contre le Coryza, par exemple (voir la "recette" à CORYZA) - Eucalyptus - en inhalation - deux remèdes homéopathiques (source : http://laruchotte-leblog.blogspot.com/2009/01/soigner-le-coryza-et-les-mala… ) que l'on peut associer dans les cas "graves" Coryzanine Aviaire 529

Les parasites internes :

Les vers sont transmis par les limaces et les insectes et sont surtout présents dans les élevages en plein air. Vous pouvez le déceler grâce à un retard de croissance, une forte de consommation de nourritures, et au fait que vos poules résistent moins aux maladies et pondent moins. Il existe 3 niveaux de gestion du risque pour les parasites internes: la gestion des sols, des parcours et des densités en bâtiment. En prévention, grâce à la phytothérapie, on peut limiter les infestations pendant les périodes sensibles.

Plusieurs types de verts (hétérakis, ascaris, capillaires, ténias), parasitent le tube digestif es volailles, provoquant généralement un affaiblissement de l’animal et une perturbation de l’assimilation des nutriments.

Prévention Contre les différents types de vers, utiliser de l’ail broyé ou de l’extrait d’ail 2 à 3 jours avant la pleine lune, une fois toutes les 3 semaines pour des animaux entre 10 jours et 8 semaines. Fonctionne aussi sur les coccidies

Les parasites externes :

POUX, PUCES ET PUNAISES Les principaux parasites externes des volailles sont les dermanysses, encore nommés poux rouges, et la gale (notamment des pattes).

- nettoyer le poulailler à l'eau très chaude + savon noir

- cendres de bois, mélangée avec du sable dans le bac à poudrage (1kg sable + 1 kg cendres + 200g de fleur de souffre ou de poudre de fleurs insecticides).

- Fougère aigle utilisée en paillage; si les poules en mangent, c'est sans doute qu'elles tentent de se soigner d'un Ténia...dans ce cas (si elles en mangent), retirer les feuilles après 3 jours car elle peut ensuite être toxique pou le foie

- bouquets de Mélisse suspendu dans le poulailler (répulsif)

- feuilles de Noyer ou aiguilles de Pin dans la litière (répulsif)

- poudre de Pyrèthre - à saupoudrer sur le fond du poulailler, les pondoirs, perchoirs... voire même directement sur les volailles en cas de forte invasion, dans ce cas, veille à ce que la poudre pénètre bien sous les plumes (ATTENTION, pas sur des animaux à SANG FROID) (répulsif et curatif)

- Romarin, suspendu en bouquet dans le poulailler (répulsif)

- Tanaisie (graines, feuilles) dans la litière (mais surtout pas en litière unique car nocive à trop forte dose) ou suspendue, en bouquet, en haut du poulailler hors d'atteinte des volailles (pour qu'elles n'en mangent pas trop)  (répulsif, curatif et vermifuge)

Il est également possible d’ajouter du romarin et de la fenugrec à l’alimentation, avec pour effet une action directe sur les parasites et une action indirecte par les vertus dépuratives du mélange, qui élimine les éventuelles toxines présentes sur la peau.

Surveillez le plumage de vos poules, surtout autour de l’anus : si vous voyez des « petites bêtes noires ou rouges » ainsi que des nids, il vous faudra agir ! il existe un programme par pulvérisation à base de pyrèthre et d’huiles essentielles, ou bien un programme administrant par l’eau de boisson, une solution phytothérapique (macéras de plantes) ayant un effet répulsif : les poux quittent les oiseaux et meurent dans l’environnement par privation des repas de sang.

Pou rouge : utilisation du produit « Androlis » préventif et curatif». Androlis est un produit vivant permettant de contrôler et d’éradiquer les parasites externes. Il contient des prédateurs naturels des poux rouges (Deranyssus gallinae). Il attaque tous les stades du parasite, de l’œuf à l’adulte. Simple d’utilisation, le traitement consiste à verser les prédateurs dans les zones infestées pour éliminer les parasites de manière naturelle sans produit chimique. Il est donc inoffensif pour les animaux, l’utilisateur et l’environnement. Une fois libérés, les prédateurs microscopiques contenus dans le flacon s’activent pour chercher et consommer les parasites. Ceux-ci éliminés, les prédateurs disparaissent naturellement. L´action des prédateurs requiert plusieurs jours. Après introduction de ces derniers, il convient de surveiller la population des parasites : celle-ci commencera par se stabiliser puis diminuera progressivement. En cas de forte infestation, plusieurs apports de produit « Androlis » peuvent s'avérer nécessaires pour éradiquer les parasites.

Mouche : utilisation du produit « appiwasp ».contre les différentes espèces de mouches. Ce sont des mini guêpes prédatrices qui parasitent et éliminent les mouches domestiques


 

ANEMIE  

Suite à une infestation de poux, par exemple => manque de fer => donner du boudin avec un peu de persil haché (dont la vitamine C potentialise énormément l'absorption du fer).

Donner régulièrement des orties fraîches (hachées ou écrasées grossièrement en marchant dessus). 

Autres sources de fer : épinards (et autres légumes verts à feuilles), graines de courges et de citrouilles, pois chiches et lentilles germées de préférence...


 

La gale des pieds

C’est la cause d’un acarien qui s’installe sous les écailles des pieds. Vous remarquez des croûtes blanches sur les pattes de vos volailles.

Pour soigner la poule, badigeonner les pattes avec du pétrole ou de la glycérine iodée. Il existe des préparations de mélanges d’huiles essentielles (géranium + lavande + cannelle).

GALE DES PATTES

Badigeonner, au moins 2 fois avec trois jours d'intervalle, avec:

- Huile de Cade - pétrole lampant - mélange de 1/3 de mazout et 2/3 huile végétale - mélange 1/2 souffre et 1/2 huile végétale - vaseline (pour les cas "débutants" ou pour enduire les pattes après un des traitements ci-dessus)

ABCES (PATTE/DOIGT) Laisser tremper la patte dans l'eau tiède pour "ramollir" la peau / retirer la nécrose et curer le pus...- cataplasmes d'argile verte 

MYCOSES - HE d'Arbre à Thé  Ajouter à la ration de nourriture quelques feuilles d'Origan.

Les autres petits maux:

Le piquage

Les poussins s’amusent parfois à se piquer en se donnant des coups de becs. Cependant, lorsqu’une goutte de sang apparaît, les coups peuvent devenir plus violents et peuvent occasionner la mort du poussin attaqué. Cela est fréquent chez les poules aussi. L’origine le plus fréquent de ce phénomène est l’ennui ou l’inactivité.

Il est donc parfois nécessaire d’agrandir leur parcours herbeux et de les nourrir avec davantage de verdures.

Le poids anormal élevé

C’est un problème courant  dans les petits élevages lorsque les animaux mangent de trop. Le meilleur traitement est de leur éparpiller leur nourriture dans l’herbe de façon à les forcer  à picorer en faisant de l’exercice.

=> La bonne hygiène du poulailler participe à éviter de telles maladies ou parasites.

De plus, il faut empêcher aux prédateurs l’accès à votre élevage et éviter les contacts étrangers car ceux peuvent être porteurs de microbes ou de virus et source de stress.

Boiteries sur plusieurs individus

Elles peuvent être causées par des carences en vitamine B (action sur les nerfs), en vitamine E/sélénium (actions sur les muscles, torticolis), en choline (Acide aminé -> déformation des os longs). Elles peuvent aussi avoir des causes pathologiques comme dans le cas de l’arthrite à staphylocoque, la synovite à mycoplasme (qui sont tous deux des germes opportunistes, attention donc aux pratiques d’élevage), ou encore la gale des pates.

Traitement: Corriger les carences (graines germées, fourrages frais et vers rouges) ou dans le cas de la gale, mettre en place un bac à poussière et imprégner les pattes dans de l’huile.


 

La goutte: les urates

Il s’agit de dépôts d’urates sur le foie et les reins, lié à un excès de calcium et de protéines dans l’alimentation, un déséquilibre hydrominéral, ou un défaut d’abreuvement. La goutte peut causer la mort.

Traitement: Dès le diagnostic mettre en place des actions correctives au niveau de l’alimentation et de la l’abreuvement. Il est également possible d’utiliser du charbon pour nettoyer et des levures ou kamboutcha pour rééquilibrer la flore intestinale.

 

Œufs de mauvaise qualité

Des œufs de mauvaise qualité peuvent être le signe d’une mauvaise minéralisation ou de carences en oligoéléments (calcium). Cela peut être la conséquence de troubles respiratoires plus graves, en particulier d’une bronchite infectieuse (voir troubles respiratoires) si les œufs sont plus ou moins décolorés, sales et tachés de sang. Une carence en vitamine A peut également provoquer la présence de sang dans le jaune d’œuf. Une température ambiante élevée peut également poser problème. En effet lorsque les poules halètent parce qu’elles ont trop chaud, les échanges pulmonaires ne se font pas correctement. La perte des bases HCO3– provoque alors une acidose métabolique, qui empêche le calcium de se fixer sur les coquilles. Les œufs sont alors petits et fragiles.

Traitement: Pour remédier à ce problème il faut diminuer la température du milieu de l’animal (aération, ombre, eau fraîche avec des glaçons), ou remonter le pH sanguin en diluant 2.5g de bicarbonate de sodium par litre de boisson.

 

Ponte irrégulière

La ponte des volailles est très sensible à l’alimentation et à la lumière (photopériode en particulier). Il faut donc veiller à ce que l’alimentation soit régulière, de même que la luminosité en fonction de la saison. Si le problème ne vient pas de là il convient d’observer le comportement de la bande pour trouver un remède homéopathique.

Pour encourager : - avoir un coq au poulailler - laisser des œufs (fictifs, en plâtre par exemple, ou en plastique blanc) dans le pondoir - avoine - eau chaude (tiède!) en unique boisson, distribuée plusieurs fois par jour - graines de chanvre - Orties (graines ou feuilles, aussi bien fraîches que séchées)- stimule la production interne des oeufs, et donc ensuite la ponte - vin rouge dilué dans l'eau de boisson - ou graines germées

 

Un conseil simple mais pratique

Il existe malgré tout un point commun à un grand nombre de maladies: l’hygiène et la propreté de l’environnement de vos poules. Un entretien régulier du poulailler peut vous éviter certaines maladies et virus.

Je rajouterai même un dernier conseil : vérifiez tous les jours l’état de santé de vos poules. Une maladie traitée dès son apparition évitera les complications et se soignera plus rapidement.

Attention : il ne faut jamais soigner vos poules à l’aveuglette. En cas de doute, consultez un vétérinaire.

IL NE FAUT PAS ADMINISTRER N'IMPORTE QUOI EN GRANDE QUANTITE OU PENDANT UNE PERIODE PROLONGEE !!

 

ARDEUR DES COQS 

-Gingembre... (.efficacité pas systématique sur les coqs.). Il a par contre été prouvé que le gingembre donne de l'appétit... Les graines germées d'avoine sont efficaces.

 

CROISSANCE

- levure de bière - Huile de foie de morue  - graines et feuilles d'Amarante (les feuilles sont à retirer du jardin en fin de saison, avant vous risquez de tuer la plante) - feuilles d'orties hachés (vitamines et minéraux)

- Les graines germées, fourrages frais et vers rouges annule le besoin de compléments alimentaires.

 

COUVAISON 

Pour encourager : voir PONTE, car les mêmes plantes encouragent d'abord à la ponte, puis à la couvaison

- graines de Tournesol, de chanvre et surtout d’avoines germées.

 

Pour améliorer les ECLOSIONS : supplémenter les reproducteurs en vitamine E (dont la carence engendre une moindre éclosion et des morts dans l’œuf dès 3-4 jours d'incubation) 

Ces huiles sont citées ici dans l'ordre de teneur en vitamine E (huile de germes de blé +++). Levirouil préconise de donner en petites quantités dans la ration des poules reproductrices (dont on souhaite ensuite faire incuber les œufs) : 1 cuillère à café pour 3-4 poules deux fois par semaine; utiliser si possible de l'huile vierge, bio, 1ère pression à froid, et la conserver au frigo.

- Les graines germées diversifiées, fourrages frais et vers rouges annule ce besoin de compléments alimentaires et donc le risque de manger leur propre œuf à cause de carences.

Pour décourager les poules qui mange leurs œufs:

- retirer les œufs frais pondus le plus souvent possible - fermer l'accès à son pondoir habituel - la changer d'habitat pendant 3 jours (si possible, la mettre dans une caisse ou clapier assez obscur, avec nourriture et eau évidemment - certains les en privent mais ce n'est pas plus efficace !) - lui tremper une dizaine de secondes le c... dans l'eau bien froide - la mettre dans une caisse et l'emmener faire une petite promenade en voiture - donner à manger de la menthe poivrée - lui donner du Doliprane (paracétamol) pour enfant - attention au dosage (à vérifier avec la notice, mais à priori12mg pour une Pékin ou Soie (environ 1kg), en deux prises (matin/soir)... à renouveler le lendemain matin si besoin... vider deux/trois œufs (faire un petit trou à chaque pointe et souffler dedans) puis les remplir d'un mélange sable/moutarde/poivre, les replacer au poulailler...désagréable surprise pour la poule qui y goûtera et n'y retournera plus ! installer des pondoirs à double fond (l’œuf roule dans un tiroir sous le pondoir auquel la poule ne pourra accéder);

 

DIARRHEE (de cause alimentaire ou indéterminée)  Charbon végétale actif et argile.

 

DIGESTION - Romarin (en infusion), - Thym - ou graines germées

 

ENTRETIEN DU POULAILLER

- Chaux Vive - une fois le local nettoyé, fermer et faire brûler (dans un récipient solide et non inflammable!) des tiges d’ail séchées et du poivre de Cayenne, en y ajoutant éventuellement quelques brindilles de bois

- L'agencement: des mangeoires, pondoirs, couloirs, abreuvoirs et perchoirs facilitant grandement leur entretient quotidien.

 

FLORE INTESTINALE

Il est opportun d'aider nos volailles à la reconstituer...après une cure d'antibiotiques, un anti-coccidien ou même un vermifuge...

- levure de bière: - ultra-levure - yaourts faits maison (copie de la recette de Levirouil : ) - ou graines germées

 

FORTIFIANT

- graines et feuilles d'amarante - Huile de foie de morue, 1 c. à soupe par kilo de graines... plutôt en milieu d'hiver, lors de la mue, ou bien après un affaiblissement...ne pas donner continuellement (ça reste de l'huile !et ça peut, en outre, si donné trop souvent, donner un goût aux œufs)

- orties fraîches - ou graines germées

 

MANQUE DE CALCIUM

- donner, en complément des grains habituels des coquilles d'huîtres broyées, coquillages broyés (ou petits), escargots, coquilles d’œufs bien écrasées et mélangées à de la pâtée/à vos restes de repas (pour que la poule ne l'identifie pas et n'aille pas ensuite manger ses propres œufs).

- donner aux poulettes systématiquement vos restes de yaourts, fromage blanc, etc, encore mieux s'ils sont faits maison !  - Germes de blé. - Les graines germées, fourrages frais et vers rouges annule tout besoin de compléments alimentaires.

MUE - Huile de foie de morue, 1 c. à soupe par kilo de graines (attention à sa conservation) - Levure de bière : contribue à la formation et à la qualité de la peau et des plumes - régénérant "d'un peu tout" (métabolisme).

 

PLAIES Pour nettoyer:  - lotion au Thym  - lotion à la Mélisse - HE de lavande (officinale ou lavandin) diluée avec de l'huile d'olive en application directe sur la blessure. - Miel en application directe

 

POUSSINS

- pour les faire accepter par une poule, donner à la poule d'abord pendant 3 jours du vin rouge (dilué avec un peu d'eau) - graines d'Amarante dès les premiers jours - très nutritif, extra pour leur développement, petites donc faciles pour eux à manger

Je préfère pour des raisons économiques des petites graines germées (avec 2 ou 3 jours de germination) et jeunes vers rouges.

 

RHUMATISMES - Romarin, intégré à la nourriture ou en infusion dans l'eau de boisson - ou graines germées d'orges et seigle.

 

VERS Le vermifuge "fonctionnerait" mieux en période de pleine lune (jour J / 2 jours avant / 2 jours après), puis les 10 jours qui suivent, si possible en lune descendante.

Aïl - en préventif, à petites doses, sous toutes ses formes (y compris celle ci-dessous mais plus diluée) et en association avec du Thym,

pour éviter l'implantation des vers (les œufs et larves traversent l'organisme mais ne s'y installent et développent pas)

- en curatif  gousses d'ail. - Armoise (à petites doses, car toxique à hautes doses)

Basilic (vermifuge léger, plutôt préventif ou à utiliser en cas d'infestation mineure) - donner feuilles et fleurs fraîches à volonté - graines de courges : contre Ténias et Ascaris et aident à cicatriser le tube digestif. Elles sont en plus très nourrissantes car protéinées (20 à 30 %) et caloriques, riches en magnésium et en fer, phosphore, zinc, cuivre, vitamines A B1 B2. Et encore mieux germées! - Estragon - Menthe (menthe poivrée) - donner feuilles et fleurs fraîches à volonté

- Tanaisie, encore plus efficace par ingestion en HE, mais dose à déterminer...car, attention, elle est nocive à fortes doses et surtout la dilluer impérativement avec de lhuile ou un sucre liquide.


 

Exemple de démarrage de poussins


 

Les 3 premiers jours: Des protéines, Minéraux, Noyer (Walnut) en fleurs de Bach, utilisable lors de tout changement dans la vie. Anti infectieux, en aérosol, Eucalyptus globuleux, Tea tree. J'ai choisi des petites gaines germées (millet, colza, luzerne...) et des jeunes vers rouges à volonté.

 

A partir de 14 jours: Baisse des protéines, Minéraux, prêle et ortie pour l’assimilation. Anticoccidien naturel une fois par semaine. Surveiller la croissance osseuse et musculaire par palpation du bréchet (en fonction, ajouter ou non de l’huile de foie de morue)

 

Petite pharmacie de base:

 

Vinaigre de cidre ou de kamboutcha —> coccidioses

Ail —> vers intestinaux

Levure de bière —> source de vitamine B et stimulateur de flore intestinale

Huile de foie de poisson —> source de vitamines A, D et E (Attention, à ne pas donner aux pondeuses possibilité de remplacer par des graines germées)

Argile —> plaies, diarrhées

Huiles essentielles de girofle, niaouli, eucalyptus —> troubles respiratoires

Rescue remedy —> urgence

Kanne, kamboutcha ou graines germées —> stimule la flore intestinale

Charbon activé —> absorbe les toxines intestinales, diarrhées.

Graines pour germination :

  • Radis ou Raifort —> Contribue au bon fonctionnement de la vésicule biliaire. Participe à l'élimination des déchets et toxines. Stimulant du transit intestinal. Action calmante sur les voies respiratoires.

  • Persil —> Riche en vitamine C.,pour aider les poussins à passer un cap difficile.

  • Lin émollient et laxatif doux, diurétique et adoucissant est conseillé dans les inflammations des voies digestives et urinaires.

  • Moutarde —> stimulent l'estomac et empêchent les fermentations putrides grâce à leurs huiles essentielles aromatiques et antiseptiques. D'ailleurs, la moutarde a une odeur particulièrement forte et désagréable au trempage, dont il ne faut pas s'inquiéter ! Riche en Calcium, Soufre, Phosphore, Potassium et Fer. Elle contient des vitamines A, B1, B2 et C.